Voyage à la frontière turco-arménienne

Par

Libération s'est rendue à la frontière entre la Turquie et l'Arménie, fermée en 1993, et qui ne montre pas de signes de dégel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La frontière entre la Turquie et l'Arménie a été fermée en 1993 suite au conflit entre l'ancienne république soviétique et son voisin azéri, culturellement proche d'Ankara. Libération est revenue dans cette zone, près de Kars. La frontière est plus que jamais bloquée dans un face-à-face entre gardes-frontières turcs et russes qui assurent la surveillance des frontières arméniennes. Après une tentative de dégel, la situation s'est récemment tendue à nouveau sous l'impulsion de l'évolution autoritaire du président turc Recep Tayyip Erdogan. Preuve en est la destruction du « monument à l'humanité » sculpté dans les années 2000 côté turc en souvenir du génocide arménien.