Terrorisme au Sri Lanka: le retour de Daech?

Par

Les 350 morts des attentats de Pâques au Sri Lanka confirment peut-être que l’État islamique, même privé de son califat syro-irakien, reste dangereusement nuisible. Ces attentats pourraient rouvrir les plaies à peine refermées de la guerre civile dans l’île de l’océan Indien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Le président sri lankais Maithripala Sirisena a-t-il délibérément ignoré et caché au premier ministre Ranil Wickremesinghe et au gouvernement qu’un risque d’attaque terroriste pesait sur leur pays ? Alors que les attentats qui visaient trois églises et trois hôtels internationaux ont fait le matin de Pâques au moins 350 morts et plus de 500 blessés dans la capitale, Colombo, et quatre autres villes de l’île, c’est l’accusation qu’a lancée lundi le porte-parole du gouvernement, Rajitha Senaratne, également ministre de la santé.