En Albanie, des élections générales sous haute tension

En Albanie, le premier ministre socialiste Edi Rama semble prêt à tout pour rester au pouvoir, misant sur le discrédit qui touche l’opposition conservatrice. Mais les frustrations sociales s’accumulent dans un pays exsangue, en raison notamment de la pandémie.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Tirana (Albanie).– La police et même l’armée sont officiellement mises en état d’alerte. Les électeurs albanais sont convoqués aux urnes dimanche et le premier ministre socialiste, Edi Rama, semble prêt à tout pour rester au pouvoir. Faute d’un bilan convaincant et d’avoir grand-chose de nouveau à proposer aux électeurs, il a choisi l’option de la campagne négative.