La Cour pénale internationale est au bord de l’implosion

Par

L’acquittement de l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo est sans doute le fiasco de trop pour la Cour pénale internationale. Ayant accumulé les scandales et présentant un bilan judiciaire quasi nul, l’institution est décrédibilisée comme jamais. La nomination d’un nouveau procureur général l’an prochain pourrait être l’occasion d’une refondation de ce pilier de la justice internationale.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La Cour pénale internationale, basée à La Haye, est entrée dans une zone de fortes tempêtes. Déjà vivement critiquée, c’est désormais son avenir qui est en jeu. À tout le moins, c’est une profonde réforme qui est jugée indispensable par bon nombre d’acteurs et d’États membres, sauf à la voir définitivement décrédibilisée.