Le réacteur nucléaire Doel 2 d'Engie en Belgique va redémarrer

Par
La Belgique a autorisé vendredi le redémarrage du réacteur numéro deux de la centrale nucléaire de Doel (Flandre orientale), mis à l'arrêt depuis avril après la découverte d'une fuite dans le système de refroidissement du réacteur numéro un.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

PARIS (Reuters) - La Belgique a autorisé vendredi le redémarrage du réacteur numéro deux de la centrale nucléaire de Doel (Flandre orientale), mis à l'arrêt depuis avril après la découverte d'une fuite dans le système de refroidissement du réacteur numéro un.

L'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN) belge avait exigé de connaître la cause de cette fuite avant d'autoriser le redémarrage des réacteurs, exploités par Electrabel, filiale belge d'Engie, et tous deux mis à l'arrêt en raison de leur structure identique.

Les analyses ont montré que cette fuite était due à une fatigue des matériaux et le tuyau correspondant dans le circuit de refroidissement de Doel 2 a été remplacé.

"Cela signifie que toutes les questions et remarques de l'AFCN concernant Doel 2 ont été clarifiées. Etant donné que la sûreté des installations est garantie, le réacteur de Doel 2 pourra redémarrer dans les prochains jours, conformément au planning d’Engie Electrabel", écrit l'AFCN dans un communiqué.

Les réparations ne sont en revanche pas encore terminées à Doel 1.

En décembre, Electrabel a prolongé jusqu'au 15 mars l'arrêt de Doel 1.

Les réacteurs de cette centrale près d'Anvers devaient cesser leur production en 2015 mais le gouvernement belge a par la suite prolongé leur exploitation de 10 ans.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale