« Les racines de l’apartheid sont les mêmes en Afrique du Sud qu’en Israël »

Par

Dans son ouvrage, Michel Bôle-Richard, ancien journaliste du Monde et correspondant du journal en Afrique du Sud puis en Israël et les territoires occupés palestiniens, pousse la comparaison jusqu’à considérer que le système israélien est « pire » que celui de l’apartheid. Jusqu’où peut-on aller pour décrire la politique de ségrégation en Israël ? Entretien.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’emploi du terme « apartheid » pour désigner Israël et les territoires occupés palestiniens n’est pas nouveau. Il faisait notamment l’objet d’un ouvrage publié en 2008 chez Actes Sud du Sud-Africain Derek Cohen. C'est aussi le propos d’un livre collectif, paru au printemps 2013, dirigé par les chercheurs Julien Salingue et Céline Lebrun (lire sous l'onglet Prolonger de cet article). Mais dans Israël, le nouvel apartheid (ed. Les liens qui libèrent), Michel Bôle-Richard, ancien journaliste du Monde, correspondant du journal en Afrique du Sud de 1984 à 1990, puis en Israël et dans les territoires occupés palestiniens de 2006 à 2009, pousse la comparaison jusqu’à considérer que le système israélien est « pire » que celui en vigueur au moment de l’apartheid.