Au Brésil, la démission de Sérgio Moro marque «le début de la fin» pour Bolsonaro

Par

Après son ministre de la santé démissionné, Jair Bolsonaro perd un nouveau poids lourd de son gouvernement. Sauf que cette fois, c'est le ministre de la justice Sérgio Moro, l'ex-juge qui avait mis Lula en prison, qui a décidé de partir en l'accusant. Alors que le nombre de victimes du coronavirus est de plus en plus important, le pouvoir est aux abois, dépassé par la situation sanitaire et en pleine crise politique, lâché par ses alliés.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.– Sérgio Moro apparaît d’abord hésitant, le visage marqué par l’abattement. Jamais franchement charismatique, il semble encore plus à la peine lors de cette conférence de presse, ce vendredi matin. Depuis la veille au soir, les rumeurs sur sa démission se font de plus en plus insistantes. Raison de la crise : la volonté du président Bolsonaro de limoger le directeur de la police fédérale, Maurício Valeixo, un proche du ministre de la justice.