Venezuela: le ministre du pétrole fait appel à l’Iran

Par Adrien Galpin

Au Venezuela, cinq pétroliers iraniens sont attendus dont le premier est arrivé ce week-end. Un rapprochement avec la République islamique que le pays doit en grande partie à son nouveau ministre du pétrole : Tareck El Aissami.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Caracas (Venezuela), correspondance.– Avec son costume impeccable et ses cheveux toujours bien peignés, Tareck El Aissami a des airs de trader de la City. Pourtant, le nouveau ministre vénézuélien du pétrole se qualifie lui-même comme un chaviste « radical », fidèle d’Hugo Chávez de la première heure, et soutien de poids de l’actuel président du Venezuela Nicolás Maduro. Il est aussi l’une des bêtes noires des États-Unis qui l’accusent de narcotrafic et l’ont sanctionné dès 2017, bien avant la plupart des hauts dignitaires chavistes aujourd’hui visés par le département du Trésor américain.