L'Arabie saoudite met la main sur une large partie de l'opposition syrienne

Par

L'élection de Assi Jarba, le 8 juillet, consacre la mainmise de l’Arabie saoudite sur l’opposition et l’insurrection. Elle pourrait porter un coup fatal au mouvement révolutionnaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Deux ans après l’échec de la bataille de Damas, les révolutionnaires syriens sont sonnés. Profitant de la frilosité de la réponse internationale à son usage des armes chimiques, le régime d’Assad bombarde les leurs dans la Ghouta orientale, la banlieue de Damas avec une rare violence. Le Hezbollah est à l’offensive à Homs. La solidarité internationale est toujours quasi inexistante dans les zones sous contrôle révolutionnaire. La branche djihadiste transnationale du Front Nusrat, « l’État islamique d’Irak et du Levant », s’en prend à l’Armée syrienne libre (ASL) jusqu’à tuer « Abou Bassir », le chef militaire de la région de Lataqqié.