La justice de l’UE rappelle le droit à l’autodétermination du Sahara occidental

La cour de justice de l’UE a tranché : un accord de libre-échange entre l’UE et le Maroc ne s’applique pas au Sahara occidental. Le Front Polisario parle d’une victoire historique. Des entreprises françaises basées dans ce « territoire non autonome » sont dans le viseur.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles (Belgique).– L’un des derniers conflits postcoloniaux encore pendants devant les Nations unies vient de connaître un tournant, depuis le Luxembourg. La plus haute instance judiciaire de l’Union européenne (UE) a estimé mercredi qu’un accord de libre-échange portant sur des produits agricoles et de la pêche, conclu en 2012 entre l’Europe et le Maroc, ne concernait pas le Sahara occidental, ce territoire du Nord-Ouest africain, frontalier de la Mauritanie, annexé en 1975 par le Maroc.
Dans son arrêt, la Cour de justice de l’UE s’appuie sur la charte des Nations unies et le principe d’autodétermination des peuples. Elle explique qu’il n’est pas possible d’inclure le Sahara occidental dans l’expression « territoire du royaume du Maroc ». Or, c’est cette expression qui définit le champ d’application de l’accord de 2012 entre Bruxelles et Rabat, mais aussi celui d’un précédent accord, dit d’association UE-Maroc, en vigueur depuis 2000.
« C’est un arrêt d’importance historique pour le peuple sahraoui », s’est réjoui Mhamed Khadad, un responsable du Front Polisario, ce mouvement qui milite pour l’indépendance du Sahara occidental. « La cour met fin à ce double langage de l’UE, qui publiquement déclare qu’elle ne reconnaît pas la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, mais dans la pratique signe des accords avec le Maroc qui incluent le Sahara occidental », a-t-il poursuivi lors d’une conférence de presse, jeudi, au Parlement européen à Bruxelles.
Le Sahara occidental, autrefois colonie espagnole, est considéré par les Nations unies comme un « territoire non autonome » (c’est-à-dire, pour le dire vite, « non décolonisé »). Rabat continue de parler du Sahara occidental comme de ses « provinces du Sud ». Le Polisario dénonce régulièrement l’intensification de l’exploitation des ressources naturelles – pêche, phosphate, etc. – de cette immense région (270 000 kilomètres carrés) par le royaume du Maroc, aux dépens de la population sahraouie. Ce serait notamment la conséquence de l’accord de 2012 conclu avec l’UE.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Discriminations
Des témoins confirment l’humiliation infligée à une lycéenne voilée avant le bac
Jeudi 16 juin, une élève venue passer une épreuve du bac français dans un lycée parisien dit avoir été « agressée » par une responsable éducative qui n’aurait pas apprécié qu’elle vienne voilée et lui a fait rater le début de l’épreuve. Des témoins confirment la violence de la scène.
par Nejma Brahim
Politique — Analyse
Le nouvel ordre électoral : trois pôles et des incertitudes
Le second tour des législatives a confirmé la radicale nouveauté du paysage politique français depuis 2017. La majorité relative dont Emmanuel Macron doit se contenter génère cependant une situation pleine d’inconnues.
par Fabien Escalona
Exécutif — Analyse
Sans solution, Emmanuel Macron met la pression sur les oppositions
Trois jours après avoir perdu sa majorité absolue à l’Assemblée nationale, le président de la République a tenté de minimiser son échec. Martelant que son programme devait être appliqué, il a enjoint à ses opposants de se prononcer sur leur volonté ou non de l’aider à le faire.
par Ilyes Ramdani
Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik