Trump, ce qu’elles en disent

Par et

Une vingtaine de femmes accusent le président américain Donald Trump d’agressions sexuelles ou d’attouchements. Certaines demandent une enquête du Congrès. Passage en revue.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Elles n’en démordent pas. Oui, Donald Trump les a agressées. Oui, il les a embrassées sans demander leur consentement. Aux États-Unis, il ne se passe pas un jour depuis l’affaire Weinstein sans qu’un journaliste, un politique, un acteur ou un restaurateur célèbre ne démissionne ou ne s'excuse pour des faits de viol, d’agression, de harcèlement sexuel, ou d'autres gestes sexuels déplacés et non consentis.

La vingtaine de femmes qui accusent Donald Trump demandent désormais que lui aussi rende des comptes. Certaines exigent une enquête du Congrès. Des élus démocrates demandent sa démission. Donald Trump, qui s’est vanté en 2005 dans une vidéo devenue célèbre d’« attraper les femmes par la chatte », continue de nier en bloc et de qualifier ces femmes de « menteuses » à la recherche de célébrité ou motivées par des intentions politiques.

Leurs témoignages, précisément décrits, souvent corroborés par des amis ou des proches à qui elles se sont confiées, s’apparentent pour beaucoup à des agressions sexuelles (qui impliquent de la violence, de la contrainte ou de la surprise). D’autres histoires, notamment celles d’anciennes « miss » (Donald Trump était le propriétaire des concours miss USA et miss Univers), dépeignent un homme en chasse, persuadé d’être irrésistible, qui considère les femmes comme des trophées ou des accessoires.

« Comme du bétail », dit une ancienne reine de beauté. Pour de nombreuses femmes, le quarante-cinquième président des États-Unis, qu’elles surnomment le « prédateur en chef », est devenu le symbole de la culture du viol et de la toxicité de certains comportements masculins. Nous avons traduit sur la longueur leurs témoignages, souvent peu connus en Europe. Ils sont glaçants.

  • Cliquer sur « Précédente » et « Suivante » pour naviguer dans les témoignages.

© Mediapart

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale