Grecs indépendants: l’allié contre-nature de Syriza

Par

Alexis Tsipras a prêté serment lundi 26 janvier. Le nouveau premier ministre grec a commencé à nouer une alliance avec la formation de droite anti-austérité des Grecs indépendants (ANEL). Quel est ce parti qui s’apprête à occuper un ministère dans le gouvernement Tsipras ? Décryptage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Athènes, de notre envoyée spéciale.-  Il y a trois ans, lorsque autour de la figure de Panos Kammenos une vingtaine de députés issus de Nouvelle Démocratie se retiraient pour former un nouveau parti, les Grecs indépendants, nul ne pouvait sérieusement prédire qu’ils allaient se retrouver, un jour, à la tête du pays aux côtés de la gauche radicale. Et pourtant. Cela a été confirmé dès ce lundi matin à l’issue d’une rencontre entre Tsipras et Kammenos : les deux partis s’allient pour former la coalition gouvernementale, et le second devrait occuper un ministère dans le nouvel exécutif.