Pays-Bas: le sort de l’accord avec l’Ukraine suspendu aux législatives

Les députés néerlandais ont fini par valider le traité de libre-échange avec l’Ukraine, qui avait été rejeté par référendum l’an dernier. Mais il reste encore un vote au Sénat, qui n’interviendra qu’après les élections du 15 mars, un scrutin incertain.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

L’opération déminage est en passe d’aboutir, mais Bruxelles va devoir encore patienter. Les députés néerlandais viennent de ratifier le traité de libre-échange entre l’Union européenne et l’Ukraine, alors que ce texte avait été, dans une précédente mouture, rejeté par référendum en avril 2016. Le vote s’est déroulé jeudi à La Haye, lors de la toute dernière séance de la Chambre basse. Cette dernière a depuis suspendu ses travaux jusqu’à la tenue de législatives, le 15 mars, qui pourraient être remportées par l’extrême droite.
Il ne reste plus, désormais, qu’aux sénateurs à se prononcer sur ce projet d’accord. Il faudra attendre l’issue des élections, et la formation d’un nouveau Sénat, pour que les Pays-Bas le ratifient de manière définitive. Sans l’unanimité des 28, ce texte, qui agace Moscou au plus haut point, n’entrerait pas en vigueur dans son intégralité. Il a déjà été adopté par les 27 autres pays de l’UE.
Le débat suscité aux Pays-Bas sur l’accord avec l’Ukraine dépasse le seul enjeu des relations entre Kiev, Bruxelles et Moscou. Il est devenu l’un des marqueurs de la poussée des discours contre l’UE, dans l’un des pays fondateurs de l’Europe. Lors du référendum d’avril 2016, le « non » l’avait emporté largement (61 %), avec un taux de participation faible, d’à peine 32 %.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul