Avec ou sans Lula (2/2)? La justice pèse de tout son poids sur l’élection présidentielle

Par

Alors que les partisans de Lula redoutent toujours sa mise à l’écart de la compétition électorale, la lutte contre la corruption alimente un fort sentiment anti-démocratique, et les opérations judiciaires ont favorisé l’apparition de discours autoritaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Rio de Janeiro (Brésil), de notre correspondant.-  Comme à son habitude, les mots de Lula frappent fort. Sans son passeport, confisqué par un juge après sa condamnation en seconde instance, l’ancien président n’a pu se rendre à un congrès contre la faim en Éthiopie. Dans une vidéo destinée aux participants, il lâche cette phrase sèche pour justifier son absence : « Nous vivons sous la dictature d’une partie du pouvoir judiciaire. »