Paris et Rome s'en prennent à la libre circulation en Europe

Par
Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi veulent remettre en cause la convention de Schengen, garante de la libre circulation des citoyens dans les pays européens signataires. Incapables de gérer l'arrivée sur leur sol de quelques milliers de migrants, ils sont prêts à revenir sur l'un des principaux piliers de la construction communautaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Nicolas Sarkozy et Silvio Berlusconi ont fait temporairement taire leurs différends en se prononçant l'un et l'autre en faveur d'une remise en cause de la convention de Schengen, garante de la libre circulation des citoyens à l'intérieur des pays européens signataires. Incapables de gérer l'arrivée sur leur sol de quelques milliers de migrants, ils sont prêts à revenir sur l'un des principaux piliers de la construction communautaire.