Vers des frappes militaires sur la Syrie

Par

L'emploi d'armes chimiques par le régime de Bachar el-Assad change la donne : les gouvernements occidentaux ont, semble-t-il, décidé de réagir en employant la force. Le blocage de la Russie les conduirait à contourner l'ONU.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il semble désormais acquis que des frappes militaires vont s’abattre sur la Syrie dans les prochains jours ou, au plus tard, dans les semaines qui viennent. Après les déclarations concordantes des États-Unis, de la France et de la Grande-Bretagne estimant que les bombardements de mercredi 21 août dans la banlieue de Damas, qui ont causé plusieurs centaines de morts, sont bien des attaques chimiques, le trio occidental ne peut désormais regarder ailleurs. Le secréatire d'État américain John Kerry est intervenu mardi 27 août pour affirmer : « Des armes chimiques ont été utilisées en Syrie, c'est indéniable. Ce que nous avons vu la semaine dernière en Syrie choque la conscience mondiale. Cela défie tout code de moralité. (…) Le président Obama pense que ceux qui ont recours aux armes les plus atroces contre les populations les plus vulnérables de la planète doivent rendre des comptes. »