Bombardement de Bouaké: le mystère sur les commanditaires reste entier

Par

Deux pilotes ivoiriens et un mercenaire biélorusse seront jugés aux assises, accusés d’avoir bombardé en 2004 le camp français de Bouaké, en Côte d’Ivoire, causant la mort de neuf militaires français. Mais les commanditaires courent toujours. Et la perspective d’un procès de l’incurie des autorités françaises s’éloigne.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Enfin, l'affaire du bombardement de Bouaké en 2004 s'achemine vers un procès. Quatorze ans après la mort de neuf militaires français et d'un humanitaire américain, en Côte d’Ivoire, la juge d’instruction Sabine Kheris a ordonné, le 7 janvier 2019, le renvoi devant la cour d'assises de deux soldats ivoiriens et d’un mercenaire biélorusse, qui seront tous les trois jugés pour « assassinats » et « tentatives d'assassinats ».