L’actrice Emma Thompson démissionne pour protester contre la nomination d’un homme accusé de harcèlement

Par

Le site américain Variety est revenu, mardi 26 février au soir, sur le refus de l'actrice Emma Thompson de travailler avec John Lasseter, ex-directeur artistique de Disney Animation accusé de harcèlement sexuel, préférant démissionner par courrier.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

Le site américain Variety est revenu, mardi 26 février au soir, sur la lettre par laquelle l’actrice Emma Thompson a annoncé se retirer d’un film en cours de production aux studios Skydance, en Californie, parce qu'elle refuse de travailler avec John Lasseter, ex-directeur artistique de Disney Animation accusé de harcèlement sexuel.

L'actrice britannique devait jouer la voix d’un des personnages du film d’animation Luck et avait déjà réalisé des enregistrements.

Or John Lasseter, le créateur réputé génial de Cars ou Toys Story, 62 ans, avait été forcé de quitter ses fonctions chez Disney après des comportements tels que des « étreintes non consenties » envers des employées. Il avait présenté ses excuses et reconnu « avoir échoué » à insuffler une culture « de la confiance et du respect » dans ses studios.

Dans sa lettre, Emma Thompson, 59 ans et déjà deux oscars, écrit : « Je trouve très étrange que vous et votre firme ayez pensé à embaucher quelqu’un ayant le passif répréhensible de M. Lasseter, étant donné le climat actuel […]. Si un homme a passé des décennies à commettre des attouchements sur des femmes, pourquoi une femme voudrait-elle travailler pour lui, si la seule raison qui l’empêche de la toucher est que son contrat stipule qu’il doit se comporter de manière “professionnelle” ? […] [La situation des femmes]ne va pas changer du jour au lendemain. Ou même l’année prochaine. Mais je sais que si des gens comme moi ne prennent pas position, il est très peu probable que les choses changent assez vite pour que la génération de ma fille soit à l’abri. »

Lire sur le site de Variety

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale