Barroso et l'austérité: des aménagements certes, mais pas de changement de cap

Le patron de la commission européenne a évoqué les «limites» des politiques d'austérité en Europe. S'agit-il pour autant d'un demi-tour ? Sans doute Barroso va-t-il lâcher un peu de lest sur le calendrier de réduction des déficits, mais les pressions sur les réformes structurelles risquent de s'intensifier.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles
Il a fallu attendre ce lundi 22 avril pour que José Manuel Barroso, trois ans après l'éclatement de la crise des dettes en Europe, évoque les « limites » des politiques d'austérité. Le patron de la commission s'est expliqué : « Le succès (de ces politiques) ne dépend pas uniquement de la manière dont elles sont conçues. Il doit y avoir un minimum de soutien politique et social. »
D'emblée, la sortie du Portugais a fait les grands titres de la presse internationale, prompte à y voir un changement de cap de Bruxelles. Les socialistes du parlement européen'ont pas tardé à ironiser sur la soudaine « sortie de coma » du président de la commission. Mardi, à la Une du quotidien portug nais I (marqué à droite), on a vu un Barroso «indigné», pancarte à la main, sur laquelle on lisait : « Que la Troïka aille se faire foutre ! »
                               
En déplacement aux États-Unis en début de semaine, Olli Rehn, le très rigoureux commissaire européen aux affaires économiques, a lui aussi adouci son discours, emboîtant le pas de son patron. « La consolidation budgétaire reste nécessaire, mais son rythme est en train de ralentir, en 2013, par rapport à 2012 », a-t-il ainsi affirmé lors d'un passage lundi à New York, manière de répondre à l'administration Obama comme au FMI, qui exhortent les Européens à en finir au plus vite avec le rigueur budgétaire.  
L'austère commission européenne serait devenue d'un coup rebelle et keynésienne ? Dans les scénarios de films, cela s'appelle un twist : une inversion des discours, qui surprend le spectateur, et relance l'intérêt pour l'histoire. Mais la prise de position de José Manuel Barroso, au-delà de l'emballement médiatique, marque-t-elle une véritable rupture, de nature à relancer la machine européenne mal en point ?

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul