Ali Harzi, né en Tunisie, mort en Irak sous le drapeau de l'EI

Par

Émir de brigade en Irak et frère d’un haut cadre de l’État islamique, Ali Harzi, Tunisien, a été abattu le 22 juin dans une frappe aérienne américaine sur Mossoul (Irak). Parcours d'un djihadiste.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Noyée dans l’actualité abondante des guerres en Syrie, en Irak et au Yémen, et des milliers de frappes aériennes américaines, l’annonce n’a pas fait événement. Le 22 juin, le département américain de la défense (DoD), a confirmé la mort d'Ali Harzi, émir d'une brigade de l'État islamique tué le 15 juin dans une frappe de drone à Mossoul (Irak). La mort d'Ali Harzi et de son frère Tarek, tous deux Tunisiens, avait été annoncée le 17 juin par le journaliste de Radio France internationale David Thomson, qui suit de près l'évolution de l'organisation djihadiste.