La nuit du 26 au 27 juillet 2013 a été la plus dramatique depuis le début de la révolution en Égypte, en janvier 2011. Les chiffres diffèrent selon les sources. Au moins 120 personnes ont été tuées lors des affrontements entre les partisans de l’ancien président déchu, Mohamed Morsi, et les forces de l’armée qui ont eu lieu à l’aube samedi dans la banlieue du Caire, selon les Frères musulmans. De son côté, le ministère égyptien de la santé ne dénombre que 20 morts.