En Russie, le retour de la politique par le bas

Par

Plusieurs centaines de personnes ont été arrêtées ce samedi 27 juillet, lors d’une manifestation à Moscou. Et depuis plusieurs mois, diverses mobilisations citoyennes ont récemment secoué les autorités du pays, de la lointaine taïga à Ekaterinbourg en passant par la capitale. Pas de quoi parler d’un « printemps russe » pour autant, mais ces soubresauts pointent la résurgence d’une société civile engagée. Face à elle, le système veille au grain.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Envoyé spécial à Ekaterinbourg (Russie).– La police russe a arrêté, samedi 27 juillet, quelque cinq cents personnes (selon les chiffres du mouvement OVD-Info à 17h samedi) qui participaient à un rassemblement non autorisé devant la mairie de Moscou pour réclamer des élections libres. Quelques heures auparavant, plusieurs opposants avaient aussi été arrêtés dont Dmitri Goudkov. Ce dernier avait affirmé vendredi que l’enjeu dépassait les élections locales : « Il s'agit de savoir si, dans la Russie d'aujourd'hui, il est possible de faire légalement de la politique », avait-il déclaré.