En Europe, des coalitions de plus en plus difficiles à former

Par

Irlande, Belgique, Espagne, Pays-Bas… Le résultat des élections allemandes le confirme : l’éparpillement des voix rend les exécutifs de plus en plus difficiles à former dans toute l’Europe.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La campagne électorale qui vient de s’achever en Allemagne s’est révélée plutôt terne. Mais la séquence à venir à Berlin s’annonce autrement plus mouvementée : il faudra former une coalition qui servira de socle à un quatrième mandat d’Angela Merkel. En théorie, après le verdict des urnes, seules deux options sont envisageables : une « grande coalition » avec les sociaux-démocrates du SPD, ou une coalition « à la jamaïcaine » (en raison des couleurs des partis concernés), entre les conservateurs de la CDU, les libéraux du FDP et les Verts.