Efficacité, prix, risques... la course effrénée aux vaccins contre le Covid-19

Mediapart compare les données disponibles, au fur et à mesure de leur publication par les laboratoires, pour aider à s’y retrouver parmi les produits distribués en France et Europe, où la campagne de vaccination a débuté fin décembre 2020. 

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

PDF

95 % d’efficacité pour le vaccin contre le Covid-19 de Pfizer-BioNTech, 94,1 % pour celui de Moderna, entre 62 % et 90 % selon les doses injectées pour celui d’AstraZeneca et 67 % pour celui de Johnson&Johnson. Le peloton de tête des laboratoires engagés dans cette compétition mondiale dépose au fur et à mesure ses demandes d’autorisation de mise sur le marché auprès des autorités sanitaires. Une fois le feu vert donné, les campagnes de vaccination ont pu débuter, comme le 27 décembre dans l’Hexagone. 

Entre technique de vaccination, efficacité, conditions de conservation plus ou moins contraignantes, prix, capacité de production et doses prévues pour la France, Mediapart mentionne les éléments transmis par les sept fabricants de vaccins sur lesquels l’Europe mise pour protéger sa population de la maladie (sur ordinateur, scrollez horizontalement pour accéder à l’intégralité des colonnes du tableau).

Pour s’approvisionner, la France s’est unie aux autres pays de l’Union européenne. La Commission européenne a négocié en leur nom des contrats de précommandes avec les fabricants. Le but ? Sécuriser des doses de vaccins, attendus comme le Messie dans le monde entier, en exigeant qu’une partie de la production se fasse sur le vieux continent.

Dans le tableau ci-dessus, Mediapart indique le nombre de doses pré-achetées, options de précommandes supplémentaires comprises. Les premiers vaccins Pfizer-BioNTech ont été distribués à la fin de l'année 2020. Les cinq autres vaccins sur lesquels l’Europe a parié pour l’heure arrivent sur le marché au fur et à mesure que leur efficacité est prouvée et qu’ils sont estimés sûrs par l’Agence européenne du médicament.

15 % de ces pré-achats reviennent à la France, c’est-à-dire près de 385 millions de doses en tout. Deux injections sont a priori nécessaires pour prévenir la survenue de signes de la maladie, sauf pour le vaccin Johnson&Johnson qui en propose une seule. La France disposerait alors de quoi vacciner plus de 220 millions de personnes si tous les candidats vaccins sur lesquels elle mise s’avèrent effectivement efficaces et qu’ils obtiennent une autorisation de mise sur le marché.

Avec les quatre premiers à avoir été autorisés, Pfizer-BioNTech, Moderna, AstraZeneca et Johnson&Johnson, les pré-achats de la France permettraient déjà de vacciner plus de 170 millions de personnes, à terme. Mais ces doses arrivent au compte-gouttes dans un premier temps compte tenu des capacités de production limitées des industriels qui doivent fournir le monde entier et de leur choix de prioriser certains pays. Tout le monde ne peut pas être vacciné début 2021. Des possibilités de revente et de dons des vaccins inutilisés sont prévues par les contrats.

La vaccination en France est gratuite. Les résidents d’établissements accueillant des personnes âgées ainsi que leur personnel ont reçu les toutes premières doses disponibles, selon les recommandations de la Haute autorité de la santé (HAS) présentées le 30 novembre. Cela représente un peu moins d’un million de personnes.

Dans un deuxième temps, les autres adultes de plus de 65 ans et le personnel soignant les plus à risque de développer des formes graves de Covid-19, comme celles présentant des signes de comorbidité tels que le diabète, l’obésité ou encore, le fait d’avoir développé un cancer récent de moins de trois ans, ont suivi. Un peu moins de 15 millions de Français sont concernés.

Dans un troisième temps, les autres personnes à risque de plus de 50 ans, l’ensemble des professionnels des secteurs de la santé et du médico-social ont pu commencer à recevoir des injections ; les opérateurs des secteurs « essentiels » (« indispensables au fonctionnement du pays [à déterminer] par le gouvernement, secteurs de la sécurité ou de l’éducation par exemple », selon la HAS), devraient suivre également. À ce stade, plus de 30 millions de personnes, soit près de la moitié de la population française, devraient avoir eu accès aux vaccins en priorité.

Un peu plus tard, au fur et à mesure de l’arrivée des doses à venir, dans un quatrième temps, pourront être vaccinées les personnes vulnérables et précaires comme les SDF ou celles vivant en collectivité telles que les prisonniers, ainsi que le personnel les prenant en charge, de même que « les personnes travaillant dans des lieux clos favorisant l’acquisition de l’infection (ouvriers du bâtiment, abattoirs, etc.) », selon la HAS.

Dans un cinquième temps, les 18-50 ans non ciblés antérieurement pourront avoir accès aux vaccins. La HAS espère récolter d’ici là suffisamment de données pour savoir si les vaccins limitent la transmission du virus en plus d’empêcher la survenue de la maladie. Emmanuel Macron a affirmé le 1er décembre envisager une campagne de vaccination pour le grand public « entre avril et juin ».

L’instance attend aussi des données ultérieures pour livrer son avis sur la vaccination des enfants, non intégrés dans les essais cliniques menés par les laboratoires.

D’autres vaccins dans le monde sont en phase finale d’expérimentation, comme Cansino, Sinopharm ou Sinovac. Avant même que les essais cliniques ne soient terminés, ils ont déjà été massivement distribués en Chine. En revanche, ils ne devraient pas être vendus en Europe.

L’Américain Novavax est également bien placé dans cette course mondiale aux vaccins, de même que l’indien Bharat. Enfin, l’Agence européenne du médicament étudie les performances du vaccin russe Spoutnik-V.

Donatien Huet et Rozenn Le Saint

Nos derniers articles data

Violences sexistes et sexuelles
Ce que deviennent 100 affaires révélées depuis #MeToo
Que sont devenues les révélations en avalanche dans les médias français depuis #MeToo, en 2017 ? Ont-elles été judiciarisées ? Quelles en ont été les conséquences ? Mediapart a décortiqué 100 dossiers parmi les plus retentissants.
par Lénaïg Bredoux, Donatien Huet et Marine Turchi
Accidents du travail : le fléau invisible
Accidents du travail : une hécatombe à bas bruit
Le travail abîme, broie, tue. Dans chacune des villes où est implanté notre partenaire Mediacités, Lille, Lyon, Toulouse et Nantes, et partout en France, des dizaines de personnes perdent la vie à leur poste chaque année. Un fléau difficile à cerner, malgré le pire taux de décès au travail européen.
par Benjamin Peyrel (Mediacités)
Éducation et enseignement supérieur
Mixité sociale à l’école : le privé ne joue pas le jeu, et cela se voit de plus en plus
Des données sur « l’indice de position sociale » des écoles et collèges, que le ministère a été contraint de publier mercredi, confirment à quel point l’école privée sous contrat se préoccupe peu de mixité sociale. Un « tabou » qui pèse lourd sur l’école publique, qui concentre toutes les difficultés.
par Mathilde Goanec et Donatien Huet
La guerre russe contre l’Ukraine
Aide militaire à l’Ukraine : le moindre effort de la France
L’Élysée a annoncé lundi avoir « pris de nouvelles dispositions pour soutenir militairement l’Ukraine ». Jusqu’à présent, l’exécutif s’est surtout réfugié derrière le secret des opérations pour masquer la relative faiblesse de son aide.
par Justine Brabant et Donatien Huet

À la Une de Mediapart

Politique
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
À l’air libre
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Libertés publiques
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
France — Politique
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne