Le Bénin légalise l’IVG pour « protéger la vie des femmes » 

L’Assemblée nationale du Bénin a voté en octobre l’élargissement des conditions d’accès à l’avortement. Mais les décrets d’application n’ont toujours pas été publiés et l’opposition reste vive. Dans les hôpitaux, la demande est déjà forte. 

Célia Cuordifede

27 décembre 2021 à 12h56

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Aplahoué, Cotonou (Bénin).– Pour préserver l’intimité des femmes désireuses d’avorter, le centre hospitalier universitaire de la mère et de l’enfant de Cotonou a prévu un espace dédié, en retrait. Un nouveau bâtiment, neutre, sans appellation, à une centaine de mètres de l’hôpital principal. Cela fait plusieurs semaines que les demandes affluent de façon inédite au CHU. « Depuis le vote de la loi, nous sommes acculés, tous les jours, raconte la gynécologue Angéline Tonato Bagnan. Mais nous ne pouvons pour l’instant pas satisfaire ces demandes. » 

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal