UE: la promotion éclair d’un proche de Juncker continue de braquer le Parlement

Par

Une nouvelle fois, le commissaire européen Oettinger a ramé, le 27 mars, pour justifier la promotion de l’Allemand Martin Selmayr, propulsé secrétaire général de la Commission. Les eurodéputés qui l’interrogeaient dénoncent une nomination politique à l’effet désastreux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les deux principaux intéressés continuent de se défiler. Ni le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne, ni l’Allemand Martin Selmayr, l’homme au cœur du scandale, n’ont daigné se déplacer. Profitant du fait de ne pas avoir été invités formellement à la séance, ils ont de nouveau laissé à Günther Oettinger, vice-président de la Commission et responsable des ressources humaines au sein de l’exécutif, le soin de faire le sale boulot : à savoir répondre ce mardi 27 mars, à Bruxelles, aux questions pressantes des eurodéputés.