Après Manchester, la bataille électorale entre Corbyn et May se tend

La campagne des législatives a repris depuis vendredi, sur fond d’inventaire de la politique extérieure britannique. « La “guerre contre le terrorisme” ne marche tout simplement pas », a lancé le candidat des travaillistes, Jeremy Corbyn, provoquant la colère des conservateurs.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La poussière n’était pas encore retombée, lundi soir, après l’attentat de Manchester, que des éditorialistes, déjà, se dépêchaient de conclure que l’événement servirait la cheffe du gouvernement, Theresa May, sur la route des législatives du 8 juin. Le drame allait imposer un agenda sécuritaire dans les médias, qui profiterait mécaniquement à la droite conservatrice des Tories. Alors que la campagne a repris vendredi, il est trop tôt pour savoir si l’analyse, hâtive, est juste. Jeremy Corbyn, le candidat travailliste (Labour), qui remonte dans les sondages, se démène en tout cas pour prouver le contraire.
Plutôt que de parler sécurité, il a choisi de dénoncer les errements, à ses yeux, de la politique extérieure du Royaume-Uni depuis plus de dix ans. Dans un discours marquant, vendredi, à Londres, il a jugé que le pays « doit être suffisamment courageux pour admettre que la “guerre contre le terrorisme” ne marche tout simplement pas »« Nous allons aussi changer ce que nous ferons à l’extérieur », a-t-il prévenu, avant de s’expliquer : « De nombreux experts, notamment des professionnels du renseignement et des services de sécurité, ont déjà souligné les connexions qui existent entre les guerres que notre gouvernement a soutenues, ou dans lesquelles il s’est engagé militairement, et le terrorisme ici, chez nous. »
Ces propos ne sont pas nouveaux dans la bouche du député londonien, connu pour ses positions pacifistes (et antinucléaires). Sous le gouvernement de Tony Blair, il s’était opposé, en 2003, à l’intervention militaire en Irak. Il avait aussi critiqué l’opération menée par Londres et Paris pour faire tomber le régime de Kadhafi en Libye, en 2011 et 2012. Or, c’est bien en Libye que Salman Abedi, l’auteur du massacre de la Manchester Arena, s’est rendu quelques jours avant son opération, et où résident certains membres de sa famille.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Santé — Enquête
par Caroline Coq-Chodorge
Gouvernement — Enquête
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Violences sexuelles — Enquête
par Constance Vilanova
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Numérique
Les publicitaires font main basse sur les données des élèves partout dans le monde
Human Rights Watch a analysé durant deux ans 164 outils numériques destinés aux élèves de 49 pays durant la pandémie afin qu’ils puissent continuer à suivre leurs cours. 89 % « surveillaient les enfants, secrètement et sans le consentement de leurs parents ».
par Jérôme Hourdeaux
Littérature
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant
Politique — Analyse
Le « parachutage », révélateur des dilemmes de la représentation
Les élections législatives fourmillent de cas de « parachutages ». Volontiers dénoncés, sont-ils si choquants ? La pratique, parfois assumée, n’a pas toujours été mal vue par le passé. Si elle reste sulfureuse, c’est à cause des failles de la représentation dont elle est le symptôme. 
par Fabien Escalona et Ilyes Ramdani