Amichai, la nouvelle colonie israélienne contestée

Par

Destinée à relocaliser les évacués de l’avant-poste illégal d’Amona, Amichai, dont la construction vient de débuter, s’étend en partie sur des terres palestiniennes. Un recours déposé par une association devant la Cour suprême pourrait freiner les travaux.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ofra, Amichai (Cisjordanie), envoyée spéciale.-  « J’ai le mérite d’être le premier ministre qui construit la première ville en Judée-Samarie [Cisjordanie – ndlr] depuis des décennies », s’est félicité Benjamin Netanyahou, la semaine dernière, en annonçant le début du chantier. L’événement est en effet historique. La construction planifiée de colonies juives par le gouvernement israélien était gelée depuis les accords d’Oslo de 1993. Ce qui ne doit pas faire oublier que les colonies déjà existantes ou développées à Jérusalem-Est ont connu entre-temps une croissance vertigineuse. Le nombre de colons israéliens est aujourd’hui estimé à plus de 500 000, contre 200 000 en 2005.