Les leçons du laboratoire islandais

Par

Alors que les négociations se poursuivent à Reykjavik en vue de former un gouvernement, Mediapart s’est entretenu avec Lionel Cordier, de l’université Lyon 2, qui rédige une thèse sur les dynamiques sociales et politiques de l’Islande depuis le krach de 2008. Il revient en particulier sur la dynamique du parti pirate.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

L’Islande a organisé, fin octobre, ses cinquièmes législatives depuis le krach de l'île en 2008, et les négociations pour former un gouvernement se poursuivaient, fin novembre. Arrivé deuxième du scrutin, le mouvement Gauche-Verts, emmené par Katrin Jakobsdóttir, semblait bien placé pour conduire un gouvernement de coalition gauche-droite, avec, notamment, le parti de l'indépendance, l'une des formations historiques de la droite islandaise, que la crise financière de 2008 paraissait, un temps, avoir disqualifié.