Au Pérou, « on s’est habitué à voir des gens mourir dans la rue »

L’écrivain José Carlos Agüero revient sur les trois semaines d’instabilité politique au Pérou, marquées par la mort d’au moins vingt-huit manifestants dans les Andes, tués par les forces de l’ordre. Et dénonce la stratégie politique « insultante » de la nouvelle présidente Dina Boluarte.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Historien rattaché à l’Institut d’études péruviennes, écrivain et poète, José Carlos Agüero, né en 1975 à Lima, est notamment connu pour avoir publié Los rendidos (IEP, 2015, non traduit en français), un texte important dans lequel il pose la question d’un dialogue possible entre des victimes de la guérilla marxiste du Sentier lumineux – dans les années 80 et 90 – et des enfants de parents terroristes.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal