Cinq arrestations après la rupture d'une digue au Brésil

Par
Trois employés de la compagnie minière brésilienne Vale et deux ingénieurs travaillant pour le compte de cette société ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur la rupture d'une digue qui pourrait avoir fait plus de 300 morts, ont annoncé mardi les procureurs du Minas Gerais et de l'Etat de Sao Paulo.
Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

BRUMADINHO, Brésil/RIO DE JANEIRO (Reuters) - Trois employés de la compagnie minière brésilienne Vale et deux ingénieurs travaillant pour le compte de cette société ont été arrêtés dans le cadre de l'enquête sur la rupture d'une digue qui pourrait avoir fait plus de 300 morts, ont annoncé mardi les procureurs du Minas Gerais et de l'Etat de Sao Paulo.

Dans un communiqué sur Twitter, Vale dit coopérer avec les enquêteurs.

La tragédie a provoqué la colère de nombreux Brésiliens et soulevé de nouvelles questions sur l'engagement de Vale en matière de sécurité, après un accident similaire il y a un peu plus de trois ans.

Deux cadres de Vale à la mine de Corrego do Feijao figurent parmi les personnes arrêtées. La fonction du troisième employé interpellé n'a pas été précisée. Les deux ingénieurs, arrêtés dans l'Etat de Sao Paulo, sont accusés d'avoir délivré un certificat assurant que la digue était en bon état.

Les enquêteurs de l'Etat du Minas Gerais ont émis sept mandats de perquisition et cinq mandats d'arrêt pour meurtre, falsification de documents et crimes contre l'environnement.

La rupture de la digue a fait officiellement jusqu'ici 65 morts, ont annoncé les pompiers lundi soir, mais il y a 279 disparus.

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale