Élections italiennes : après Draghi, l’extrême droite Entretien

En Italie, Aboubakar Soumahoro porte la voix des ouvriers agricoles et autres « invisibles »

L’activiste d’origine ivoirienne, débarqué en Italie à l’âge de 19 ans, défend les ouvriers agricoles migrants et dénonce le racisme prégnant dans la classe politique transalpine. De là à basculer dans la politique traditionnelle, en vue des prochaines élections ? Rencontre à Rome. 

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Rome (Italie).– En quelques années, il s’est imposé comme l’un des anticorps les plus efficaces aux discours d’extrême droite qui prolifèrent sur la scène politique italienne. Sur les réseaux sociaux comme dans les médias traditionnels, Aboubakar Soumahoro, 41 ans, ne cesse de dénoncer les conditions de travail inhumaines de nombre d’ouvriers agricoles, des braccianti, en particulier dans le sud de l’Italie. Au point d’être devenu l’une des figures de la gauche transalpine.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal