Notre dossier: l'Arabie saoudite, une monarchie sous haute tension

François Hollande est en visite dimanche et lundi en Arabie saoudite. La France y cherche d'abord des contrats commerciaux. Mais la guerre en Syrie et la déstabilisation du Liban seront aussi au menu. Car depuis 2011, la monarchie pétrolière est suractive dans la région, ayant décidé d'y jouer un rôle direct.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

François Hollande est en visite dimanche 29 et lundi 30 décembre en Arabie saoudite. La France y cherche d'abord des contrats commerciaux, ce qui explique le déplacement de quatre ministres et d'une quarantaine de chefs d'entreprise aux côtés du président de la République. Parmi eux, les patrons des plus grands groupes français : EDF, Areva, SNCF, Veolia, Thalès, Vinci, BNP, Sanofi… Deux gros contrats de défense pourraient être discutés : l'un en matière de défense aérienne porté par Thalès (4 milliards d'euros), l'autre portant sur des frégates et des sous-marins (entre 15 et 20 milliards d'euros). Des jalons seront également posés pour la construction de 16 centrales nucléaires (EDF et Areva ayant répondu à un appel d'offres).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Voir la Une du Journal