Maroc: le cri d'alarme du journaliste Ali Anouzla contre la censure

Par Ilhem Rachidi

Six mois après avoir été incarcéré durant 39 jours sous prétexte d'apologie et d'incitation au terrorisme, le journaliste Ali Anouzla sort de son silence : il accuse le pouvoir marocain de vouloir abattre la presse libre. Les versions arabophone et francophone du site d'information Lakome, qu'il dirige, sont toujours censurées.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

 Rabat, correspondance