Pierre Vermeren: «La Belgique a laissé salafistes et wahhabites faire leur apostolat»

Par

L'histoire, les origines et les activités de beaucoup de Marocains installés en Belgique expliquent comment le quartier de Molenbeek, dans l'agglomération bruxelloise, a pu devenir un sanctuaire de l'islam radical, selon l'historien Pierre Vermeren. Explications sur cette immigration venue de la région du Rif, au Maroc, et sur le poids de l'«économie du haschich». 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Pour comprendre comment Molenbeek est devenu un « foyer » européen de l’islam radical, au-delà des causes socio-économiques, il faut aussi reprendre l’histoire de l’immigration marocaine en Belgique, du premier accord bilatéral de recrutement de main-d’œuvre entre la Belgique et le Maroc, il y a un demi-siècle, à aujourd’hui… Cette histoire passe par le Rif, cette région du nord du Maroc pauvre et surpeuplée d'où viennent, pour ne citer que quelques exemples, la famille des frères Abdeslam (Bouyafar, près de Nador) ou encore les suspects Ahmed Dahmani (Al-Hoceima) et Ayoub Bazarouj (Beni Oulichek)…