Et de trois. Après avoir profité de deux prêts russes d’un total de 11 millions d’euros en 2014, le Front national a signé, en juin dernier, une troisième demande de prêt avec une banque russe, « destiné à financer la campagne électorale française »