En Tunisie, les forces de sécurité sont prises en défaut à Sousse

Par

L’ampleur de l’attentat de vendredi à Sousse s’explique par la déficience du ministère de l’intérieur, incapable de transmettre l’information à la brigade d’intervention rapide, d’ordinaire mobilisable en moins de dix minutes. L’exécutif tunisien doit aujourd’hui en répondre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Trente minutes. Les forces de l’ordre ont mis plus de trente minutes pour arriver sur les lieux de l’attentat et neutraliser Seifeddine Rezgui, après que l’assaillant a ouvert le feu sur les touristes de l’hôtel Impérial Marhaba à Sousse, vendredi 26 juin à 11 h 50. De fait, si la brigade spécialisée était arrivée sur les lieux en moins de dix minutes, comme c’est la norme, plusieurs vies auraient été épargnées. Au lieu de ça, le terroriste a eu tout le temps de rentrer dans l’hôtel et de poursuivre l'entreprise macabre entamée sur la plage de l’hôtel, pour tuer 38 personnes et en blesser 36 autres.