Turquie: à Diyarbakir, le soutien à l’indépendance des Kurdes d’Irak

Par

À Diyarbakir, ville kurde de Turquie sous état d’urgence, on n’a pas célébré dans les rues la victoire du « oui » au référendum sur l’indépendance du Kurdistan d’Irak. L’enthousiasme populaire est pourtant bien là, qui bouscule les clivages politiques et rassemble Kurdes conservateurs et progressistes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Diyarbakir (Turquie), envoyé spécial.-  Sidki Zilan jubile. Pendant des semaines, le quinquagénaire s’est déplacé aux quatre coins du Kurdistan turc, bravant l’état d’urgence et les interdictions de se rassembler, pour porter à ses compatriotes la bonne parole du référendum. Son rêve, c’est celui d’un Kurdistan indépendant, mais aussi traditionnel et islamique, dans l’esprit du chef religieux Seyh Said et de la grande insurrection kurde de 1925, dont il se revendique avec son micro-parti, le Mouvement pour la liberté.