Le discret pantouflage des anciens de la commission Barroso

Pas moins de neuf ex-commissaires, partis à l’automne 2014, ont déjà rejoint le secteur privé à des postes de premier plan, selon une étude publiée par une ONG bruxelloise. L’affaire relance le vieux débat concernant l’emprise de l’industrie privée sur le processus de décision à Bruxelles.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

De notre envoyé spécial à Bruxelles. La pratique est aussi vieille que l’Union européenne, et n’épargne aucune institution bruxelloise. À l’été 2014, le cas Sharon Bowles avait relancé la polémique : l’ancienne eurodéputée britannique, qui avait dirigé la commission parlementaire des affaires économiques et monétaires tout au long de la crise financière, a accepté… un poste à la City, auprès de la Bourse de Londres. Cette ancienne élue libérale a pu mettre à disposition de la City, sans aucune période de transition, le précieux carnet d’adresses qu’elle s’était constitué au fil des années grâce au parlement de Strasbourg.
Une étude publiée cette semaine par l’ONG bruxelloise CEO fournit la première étude d’ampleur sur la reconversion de ceux qui furent commissaires européens sous le deuxième mandat du Portugais José Manuel Barroso, jusqu’à l’été 2014. La conclusion n’est pas réjouissante : malgré les promesses formulées par Barroso lui-même durant son second mandat, la pratique des « revolving doors » – ces portes tournantes entre le public et le privé – reste massive. Quant au comité d'éthique chargé par l’exécutif bruxellois de veiller aux conflits d’intérêts, son rôle semble proche du néant.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

À ne pas manquer

Police — Enquête
Affaire du Pont-Neuf : le policier a tué en tirant dans le dos
Fin avril, un policier a tiré à dix reprises au fusil d’assaut sur une voiture, faisant deux morts et un blessé grave sur le Pont-Neuf, à Paris. Les premiers éléments de l’enquête, auxquels Mediapart et Libération ont eu accès, mettent à mal la thèse de la légitime défense : les balles mortelles ont atteint les victimes par le côté et l’arrière.  
par Pascale Pascariello et Camille Polloni
Climat — Parti pris
Une canicule éminemment politique
La précocité et l’intensité de la canicule actuelle démontrent à quel point l’heure n’est plus à la transition écologique mais à une écologie de rupture, sans transition. Alors qu’à l’ombre de cet événement sont tapies nombre d’injustices, il est temps de cibler les véritables fossoyeurs du climat.
par Mickaël Correia
L’affaire Kohler — Enquête
Affaire Alexis Kohler : le grand ménage
Dans le cadre d’une nouvelle enquête pour « trafic d’influence » et « prise illégale d’intérêts », la justice a découvert des documents dérangeants pour le secrétaire général de l’Élysée. Non seulement il a été beaucoup plus impliqué qu’on ne l’imaginait dans tous les dossiers concernant de près ou de loin l’armateur MSC, mais des documents ont disparu à certains endroits – mais été retrouvés dans d’autres – afin d’effacer les traces de ses interventions.
par Martine Orange
Violences sexuelles — Parti pris
Affaire Damien Abad : la méprise d’Emmanuel Macron
En renvoyant uniquement vers une réponse judiciaire, l’exécutif commet une triple erreur après les révélations visant le ministre des solidarités. Il confond justice et éthique, se trompe sur le rôle de la presse et contredit l’esprit des lois qu’il fait voter.
par Lénaïg Bredoux

Nos émissions

À l'air libre
par À l’air libre
Grand entretien
par Fabien Escalona et Mathilde Goanec
Ouvrez l’Élysée
par Usul et Ostpolitik