Côte d’Ivoire: la vieille garde s’accroche et provoque une crise politique

Par François Hume-Ferkatadji et Olivia Macadré

Près de 7,5 millions d’électeurs ivoiriens sont appelés à voter samedi dans un contexte de crise politique aiguë. La réélection d’Alassane Ouattara pour un troisième mandat ne fait aucun doute. Mais l’opposition qui a appelé au boycott a déjà annoncé ne pas reconnaître les résultats.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abidjan (Côte d’Ivoire).Avec 900 000 électeurs de plus inscrits sur le fichier électoral (une hausse de 13,6 % du nombre de votants par rapport au scrutin de 2015), l’élection présidentielle en Côte d’Ivoire – la première à enjeux depuis 2010 – devait être l’occasion d’entériner un retour durable de la paix dans le pays, qui a connu des années relativement apaisées, après plusieurs décennies de troubles. Depuis la mort du père fondateur Félix Houphouët-Boigny en 1993, la Côte d’Ivoire n’a jamais connu de scrutin transparent et pacifié, ni d’alternance démocratique.