Bosnie-Herzégovine: une voie sans issue pour les réfugiés

Par et Simon Rico

Plus de 7 000 exilés se massent au nord-ouest de la Bosnie-Herzégovine, dans le canton d’Una Sana. Tous espèrent gagner la Croatie, toute proche, et membre de l’Union européenne. Mais la frontière est cadenassée, et la situation proche de la catastrophe humanitaire.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Bosnie-Herzégovine, envoyés spéciaux. – Chacun s’est emmitouflé du mieux qu’il a pu. Certains ont des couvertures roulées sur les épaules, un homme brandit un étonnant parapluie vert, tous portent un gros sac sur le dos et un duvet en bandoulière. Les adieux sont brefs avec les compagnons qui restent au camp de Vučjak, en Bosnie-Herzégovine. Cet après-midi brumeux, ils sont vingt-cinq à prendre la route de la frontière avec la Croatie, membre de l’Union européenne, située à moins d’une heure de marche. Vingt-cinq à s’engager dans le game, le « jeu » très risqué du passage de la frontière.