Obama: escalade dans la cyber-guerre contre la Russie

Par

Le président américain a annoncé des mesures en représailles au piratage des mails du parti démocrate et aux présumées tentatives russes d'influer sur l'élection présidentielle. Trente-cinq diplomates sont déclarés persona non grata. La Russie a réagi en estimant que ce dossier se réglerait avec son successeur, Donald Trump.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

La drôle de cyber-guerre opposant depuis plusieurs mois les États-Unis et la Russie a franchi un nouveau seuil jeudi 29 décembre 2016 avec l’annonce, par Barack Obama, d’une série de sanctions en représailles aux présumées tentatives d’interférence de Moscou dans la campagne pour l'élection présidentielle américaine.