Espagne: rudes négociations autour du pacte des gauches

L’instance de décision du PSOE, réunie samedi, n’a pas fermé la porte à un accord avec Podemos. Pedro Sánchez pourrait lancer des négociations dès mardi. Mais la route est incertaine, surtout depuis le refus des indépendantistes catalans ou de Ciudadanos de faciliter un tel exécutif.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

Six semaines après les législatives en Espagne, il est encore hasardeux de parier sur la couleur du prochain exécutif. Le scénario d’un retour aux urnes, pour cause de majorité introuvable, n’est toujours pas exclu. L’après-« 20-D » (pour 20 décembre, date des élections) s’élabore dans la douleur. Aucune négociation, sur le fond, n’a formellement commencé. Ce n’est pas vraiment une surprise : l’Espagne, marquée par plus de 30 ans de bipartisme PP (droite)-PSOE (socialistes), n’a pas l’habitude de négocier des pactes ou des coalitions pour accoucher d’un exécutif (en tout cas à l’échelon national). Mais cette lenteur s’explique aussi parce que nombre d’acteurs clés, pariant sur une répétition du scrutin, peinent à quitter leur costume de candidat, à entrer dans le vif des discussions et à faire des concessions qui pourraient déstabiliser leur électorat traditionnel.
Le paysage se décante tout de même. Samedi, un comité fédéral du PSOE, l’instance de décision du parti arrivé deuxième aux législatives, derrière le PP et devant Podemos, n’a pas fermé la porte à l’ouverture de négociations avec le mouvement anti-austérité de Pablo Iglesias. La manœuvre n'était pas évidente, et devrait redonner un peu d'air au candidat socialiste à la Moncloa. Depuis le lendemain des législatives, l'intéressé, Pedro Sánchez, opposé à tout accord avec le PP, fait l’objet d’une fronde de certains barons locaux qui veulent sa tête. Il est concurrencé en particulier par Susana Díaz, la présidente de l’Andalousie, qui lorgne sa place en cas de répétition des élections et se dit plutôt opposée à tout « deal » PSOE-Podemos (elle rejette aussi tout dialogue avec le PP). Un congrès du PSOE, en mai, devrait sceller le sort de Sánchez.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Amérique du Nord — Reportage
par Alexis Buisson
Écologie — Reportage
par Mathieu Périsse (We Report)
Amériques — Analyse
par Jean-Mathieu Albertini
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

IVG, la régression venue des États-Unis — Reportage
Le Kansas vote en faveur de la protection de l’avortement
Mardi 2 août, une majorité d’électeurs de l’État américain du Midwest a rejeté un amendement à la Constitution locale qui aurait permis la restriction, voire l’interdiction, du droit à l’avortement. Il s’agissait du premier test électoral depuis la révocation de l’arrêt « Roe v. Wade » en juin.
par Alexis Buisson
Asie — Analyse
En Chine, la crise immobilière prend de l’ampleur
À la suite d’une révolte des emprunteurs, le pouvoir a dû réagir pour stabiliser la situation, mais le vrai problème reste son incapacité à construire un nouveau modèle économique.
par Romaric Godin
Proche-Orient — Reportage
En Cisjordanie occupée, une opération massive de « colonisation sauvage »
Le 20 juillet, des milliers de colons israéliens se sont donné rendez-vous aux quatre coins de la Cisjordanie pour y créer dix nouveaux avant-postes en une soirée, espérant influencer la politique du gouvernement. Au grand dam des Palestiniens, qui voient de plus en plus de terres confisquées, et la violence des colons s’intensifier.
par Alice Froussard
Climat — Entretien
Vagues de chaleur marine : « L’océan traité comme une poubelle géante pour le CO2 »
Les vagues de chaleur océanique s’intensifient, comme l’alerte la climatologue du Giec Valérie Masson-Delmotte. Elles causent le blanchissement et la dégradation des récifs coralliens, la mortalité de masse d’oiseaux marins, mais aussi des risques pour la santé humaine à cause de la prolifération d’algues toxiques.
par Sophie Boutboul