Au Bangladesh, l’augmentation du taux de salinité met à mal l'agriculture

Par Eduardo Garcia (Columbia University)

Le Bangladesh sera l’une des zones les plus durement touchées par l'élévation des océans. En première ligne : les îles artificielles du golfe du Bengale, bâties par le gouvernement bangladais dans le but de créer des terres cultivables pour nourrir la population croissante du pays.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Shondha Rnai est l'une des quelque 8 millions de personnes vivant sur des îles artificielles bâties dans les années 1960 par le gouvernement bangladais, dans le but de créer 1,2 million d'hectares de terres cultivables pour nourrir sa population croissante. Connues sous le terme néerlandais de polders, ces 139 îles cernées de digues sont aujourd'hui menacées par la montée du niveau de la mer, l'affaissement des sols, l'insuffisance des ressources en eaux fluviales, ainsi que par le passage d'une agriculture axée sur la terre à l’élevage de la crevette.