Enquetes

  • Humiliations sexuelles, homophobie, sexisme: voyage au sein des grandes écoles de commerce françaises

    Par Iban Rais

    Les plus grandes écoles de commerce françaises (HEC, Essec, Edhec), qui forment les élites et se disent à la pointe de la modernité, laissent prospérer les comportements indignes et dégradants, comme le montrent les films, photos et documents que nous avons récupérés.

  • «Attentat», «terrorisme»: des notions à géométrie variable

    Par
    La police sécurise les lieux après l'attaque au couteau survenue à Villejuif. © REUTERS/Charles Platiau La police sécurise les lieux après l'attaque au couteau survenue à Villejuif. © REUTERS/Charles Platiau

    Malgré les troubles psychiatriques de son auteur, le Parquet national antiterroriste s’est saisi de l’attaque mortelle de Villejuif. En octobre, il l’avait aussi fait pour la tuerie à la préfecture de police de Paris. Mais pas pour l’attentat contre la mosquée de Bayonne. Comment expliquer ces différences de traitement ?

  • Violences conjugales: la galère d’une ex-femme de policier convoquée au tribunal

    Par Sophie Boutboul

    Depuis 2018, Sophie-Anne L. a déposé plusieurs plaintes pour violences conjugales contre son ex-compagnon policier. Mais elle se retrouve elle-même convoquée pour violences sur conjoint devant le tribunal correctionnel de Versailles l’été prochain.

  • Le policier reconnaît un tir de LBD raté blessant un lycéen, le parquet le blanchit

    Par
    Capture d'écarn de la vidéo montrant le comportement du policier de la BAC avant qu'il ne tire au LBD. © Enregistrements des caméras de surveillance de la ville de Marseille. Capture d'écarn de la vidéo montrant le comportement du policier de la BAC avant qu'il ne tire au LBD. © Enregistrements des caméras de surveillance de la ville de Marseille.

    Lycéen de 17 ans, Achraf a reçu un tir de LBD dans la mâchoire le 4 décembre 2018, à Marseille. Identifié, le policier auteur du tir reconnaît l’avoir blessé accidentellement. Le parquet de Marseille a néanmoins classé sans suite. L’IGPN fait état de policiers exposés à des jets permanents de projectiles, ce que les enregistrements de vidéosurveillance démentent formellement.   

  • Yémen: derrière la guerre, la mainmise de Total sur le gaz

    Par Morgane Remy et Eva Thiébaud
    Chargement en gaz liquéfié du premier bateau méthanier devant l’usine de Balhaf en novembre 2009. © YLNG Chargement en gaz liquéfié du premier bateau méthanier devant l’usine de Balhaf en novembre 2009. © YLNG

    Profitant de la dépendance du Yémen aux hydrocarbures et de la bienveillance des autorités, la multinationale française s’est imposée à partir du milieu des années 1990 comme un acteur majeur dans la transformation et l’exportation de gaz. Alors que le pays veut relancer son activité, Total se retrouve plus que jamais en position de force.

  • Près de Rouen, le calvaire d’une maternité: entre pressions financières et management défaillant

    Par Manuel Sanson (Le Poulpe)
    Le centre hospitalier du Belvédère, à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen. © Manuel Sanson/Le Poulpe Le centre hospitalier du Belvédère, à Mont-Saint-Aignan, près de Rouen. © Manuel Sanson/Le Poulpe

    Alertes de l’Inspection du travail, saisine du ministère, difficultés financières et audits en pagaille, la maternité du Belvédère, à Mont-Saint-Aignan, part à vau-l’eau. Depuis plusieurs années, l’Agence régionale de santé de Normandie laisse la situation se dégrader, faisant craindre un démantèlement.

  • D’anciens compagnons brisent le silence sur des violences sexuelles à Emmaüs

    Par Pauline Bandelier (avec Sophie Boutboul)
    Le site Emmaüs de Chatou. © SB Le site Emmaüs de Chatou. © SB

    Deux anciens compagnons ont porté plainte pour violences physiques et attouchements sexuels contre un responsable de l’antenne Emmaüs de Chatou (Yvelines). Un autre ex-compagnon se plaint de faits similaires et plusieurs témoins attestent de coups, de propos à connotation sexuelle et de baisers forcés portés à des publics vulnérables. Emmaüs France ne semble pas avoir pris la mesure des faits exposés.

  • Les habitants des favelas de Rio en première ligne d’une guerre sanglante contre les pauvres

    Par
    Dans une manifestation, une banderole contre le gouverneur de Rio de Janeiro, Wilson Witzel. © JMA Dans une manifestation, une banderole contre le gouverneur de Rio de Janeiro, Wilson Witzel. © JMA

    Agatha, huit ans, a été tuée par la police dans une favela de Rio de Janeiro fin septembre. Avant elle, quatre autres enfants ont été tués dans la ville en 2019. Les habitants des favelas dénoncent la politique du gouverneur de l’État de Rio de Janeiro où 1 249 personnes ont été tuées par la police entre janvier et août 2019. Mais le climat politique du Brésil ne leur estles c pas du tout favorable.

  • Le football aide les migrants à s'intégrer, pas la fédération française

    Par Mickaël Correia
    L'Équipe sans frontières, à la fin de l'entraînement, à Bobigny. © CC L'Équipe sans frontières, à la fin de l'entraînement, à Bobigny. © CC

    En Île-de-France, dans le Finistère ou en Haute-Savoie, les initiatives d’aide aux migrants, notamment des mineurs isolés, se multiplient pour faire du football un outil d’intégration et d’épanouissement, dans la continuité de ce qui a été réalisé en Allemagne. Mais la fédération française ne fait rien pour aider.

  • En Afrique du Sud, une femme est tuée toutes les trois heures

    Par Lina Rhrissi
    Tshiti Sithole tenant la photo de sa fille disparue Nhlanhla. © LR Tshiti Sithole tenant la photo de sa fille disparue Nhlanhla. © LR

    Alors que les derniers chiffres de la criminalité ont montré une hausse des viols et des féminicides en Afrique du Sud, les victimes et leurs familles dénoncent l’inefficacité des forces de l’ordre et de la justice. Les sources de ces violences liées au genre sont aussi à trouver dans l’histoire traumatique du pays et une culture patriarcale toxique.