Enquetes

  • PlaNet finance: enquête sur le système Attali

    Par

    Un poste de directeur de cabinet du vice-président, payé 400 euros par mois? A PlaNet Finance, l'ONG de Jacques Attali, c'est possible, puisque les directeurs de cabinet sont des stagiaires, renouvelés tous les six mois, comme l'a relevé Le Monde. Encore une fois, l'association de microfinance fait les frais de sa politique salariale douteuse. Au-delà de la communication agressive de son patron, quels sont les résultats sur le terrain de cette structure née il y a un peu plus de dix ans? Beaucoup des idées novatrices du début ont été perdues en cours de route. Et l'association, toujours déficitaire en 2007, reste très isolée dans le secteur. Nous republions une enquête au long cours, mise en ligne en février.

  • La microfinance cherche les leçons de la crise des «subprime»

    Par

    Des prêts bancaires, accordés aux ménages les plus pauvres, à des taux élevés... Le subprime américain? Non, la microfinance qui, depuis plus de trente ans, se présente comme l'un des remèdes efficaces pour lutter contre la pauvreté. Dans le contexte actuel de marasme économique mondial, le microcrédit devrait permettre d'atténuer les ravages sociaux. A condition que le secteur, et ses 150 millions de clients, tiennent bon: la crise alimentaire et le séisme économique des derniers mois pourraient les avoir fragilisés plus fortement qu'attendu. Enquête. [©Somenath Mukhopadhyay-Cgap 2008]

  • Dans sa lutte contre le terrorisme, Obama chausse les bottes de Bush

    Par
    En dépit de ses promesses de changement, le nouveau président des Etats-Unis a déjà pris plusieurs décisions qui se situent dans la droite ligne de celles de son prédécesseur concernant le statut des prisonniers et des victimes de tortures. Du coup, une partie de la gauche américaine a décidé de faire pression sur la Maison Blanche pour que soit constituée une commission d'enquête sur les dérives de l'administration Bush-Cheney.
  • Affaire JPK: l'enquête se concentre sur Gaston Flosse

    Par et

    L’enquête sur la disparition à Tahiti du journaliste Jean-Pascal Couraud, dit «JPK» (photo), en 1997, menace de plus en plus l’ancien homme fort de la Polynésie française. Le juge de Papeete, Jean-François Redonnet, après s’être rendu au domicile parisien de Gaston Flosse, a mené une perquisition chez son notaire, également à Paris. Mediapart publie un document rédigé par l'avocat de JPK concernant les opérations immobilières et financières douteuses, attribuées à Gaston Flosse. Le juge aurait par ailleurs décidé d’interroger, en qualité de témoin, l'ancien président de la République Jacques Chirac, très proche de M. Flosse.

  • Toulouse, 21/09/2001: la fin du monde ouvrier

    Par
    Alors que vient de s'ouvrir le procès AZF, Mediapart revient sur les bouleversements sociologiques causés par la catastrophe. Le 21 septembre 2001, l'explosion survenue dans l'usine Grande Paroisse, société filiale du groupe Total, a profondément marqué la ville de Toulouse. Le traumatisme a été également fortement ressenti dans le monde ouvrier. Il marque la fin symbolique d'un modèle social.
  • AZF: pas tous égaux devant la justice et contre Total

    Par

    Le procès de l’explosion de l’usine AZF, qui a fait 30 morts et 4.500 blessés le 21 septembre 2001, s’ouvre ce lundi 23 février devant le tribunal correctionnel de Toulouse. Procès hors norme, sur ses enjeux, sa durée, son ampleur, ses intrigues, sa visée historique... Pour autant, le procès AZF sera-t-il un procès modèle? Un procès équitable pour les victimes les plus pauvres désireuses de croiser le fer avec Total, propriétaire de l'usine qui a explosé? La réponse est non. Entre gros chèques distribués par Total à quelques jours du procès, indemnités dérisoires pour les avocats défendant les victimes nécessiteuses et montant exorbitant de consignations pour certaines parties civiles: la sacro-sainte doctrine française de l’égalité de tous face à la justice est singulièrement mise à mal.

  • Julien Dray ou l'épuisement d'un système politique en Essonne

    Par

    La justice enquête sur lui, ses dépenses, ses voyages et ses passions de collectionneur. Julien Dray garde bon nombre de ses secrets. Mediapart est allé dans l'Essonne où le fondateur de SOS Racisme et de la Fédération indépendante et démocratique lycéenne (Fidl) a construit une grande partie de sa carrière politique.

  • Audiovisuel extérieur: les bonnes affaires d'Alain de Pouzilhac

    Par
    Imaginerait-on un instant le patron de la BBC, modèle d'indépendance médiatique, émarger au conseil d’administration de plusieurs grandes entreprises privées et présider le conseil de surveillance d’un groupe de casinos? Non. C’est pourtant ce que fait son homologue français, Alain de Pouzilhac, actuel président de l’Audiovisuel extérieur de la France, la structure publique qui coiffe les chaînes France 24 et TV5 Monde ainsi que la radio RFI. Au moment où les salariés de la holding publique s'inquiètent de plans sociaux et de l'autoritarisme du duo Christine Ockrent/Alain de Pouzilhac, ce dernier nie tout conflit d'intérêts.
  • Comment sont déjà évalués les chercheurs

    Par

    A en croire l'Elysée, les universitaires ne seraient pas évalués. Or comme l'expliquent dans le détail tous nos témoignages, ici, c'est «tous les quatre ans»; là, c'est à chaque fois qu'il faut «passer un échelon». En réalité, la communauté scientifique bruisse de plaintes contre l'excès d'évaluation. Bureaucratisation, temps perdu pour la recherche, «logique de mise en concurrence et d'individualisation des carrières»: l'hyper-évaluation tourmente l'université française. Et devient une question centrale du conflit opposant les enseignants-chercheurs à l'exécutif, figeant les universitaires sur la défense d'un statu quo dont beaucoup souhaitaient pourtant sortir.

  • Pendant ce temps-là, la droite révolutionne le fonctionnement de l'Assemblée

    Par
    Crise sociale, Antilles... Loin des regards, l'UMP a presque bouclé sa réécriture du règlement intérieur de l'Assemblée. D'apparence techniques, ces dispositions constituent une véritable révolution du travail législatif. Sans que l'opposition ait vraiment été invitée à participer. L'essentiel est acté: un temps de parole réduit pour l'opposition, la création d'un comité d'une trentaine de "super-députés" pour évaluer le gouvernement, une nouvelle séance de "question à un ministre" – entre autres nouveautés.