«Police, illégitime violence», chronique des abus ordinaires contre les «indésirables»

En 2015, des adolescents ont porté plainte collectivement pour violences volontaires contre une brigade de police du XIIe arrondissement de Paris. En suivant leur combat, ce film lève le voile sur les mécanismes de cette violence.

Ce documentaire est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Talweg Production

Marc Ball (Talweg Production)

5 juin 2020 à 09h20

Dans les quartiers populaires français, le moindre contrôle d’identité porte en lui les germes d’un possible dérapage, d’une rébellion ou d’une bavure. Une affaire est emblématique de cette impasse : en décembre 2015, pour la première fois en France, des adolescents ont porté plainte collectivement pour violences volontaires contre une brigade de police du XIIe arrondissement de Paris.

Au cours de ce procès, qui s’est tenu les 21 et 22 février 2018, c’est la mission même de la police qui sera mise en accusation. Citoyens, éducateurs, avocats ou encore policiers cherchent une issue et dénoncent le recours systématique à une violence qu’ils considèrent comme illégitime. En suivant leur combat, ce film, chroniqué par Mediapart au moment de sa première diffusion à la télévision, lève le voile sur les mécanismes de cette violence et les silences qui l’entourent.

Après avoir obtenu la condamnation à des peines de prison avec sursis pour violences aggravées de trois policiers (ces derniers ont fait appel), ces mêmes jeunes ont assigné le ministre de l’intérieur et l’agent judiciaire de l’État pour « faute lourde », en l’occurrence des faits de « harcèlement discriminatoire ». 

Dans le cadre de cette procédure, le Défenseur des droits Jacques Toubon a été saisi en qualité d’« amicus curiae », « ami de la cour », personne qui n’a aucun lien avec les parties et qui apporte une expertise objective susceptible d’aider les juges.

Dans une décision historique rendue le 12 mai 2020, celui-ci estime que les contrôles d’identité répétés et abusifs, ainsi que les violences commises à l’égard de ceux que les policiers qualifiaient d’« indésirables », relevaient non pas d’initiatives individuelles mais d’un système, d’une « discrimination systémique ». Il demande dès lors à la justice « d’interroger le ministre de l’intérieur sur la justification […] de telles violations », sur ce « harcèlement discriminatoire » mis en place.

***

Police, illégitime violence (France, 2018, 52 minutes). Réalisateur : Marc Ball // Image : Pierre Maïllis-Laval, Marc Ball, Léo Scomorovschi // Son : Manolis Makridakis, Frédéric Commault, Antoine Bourdain, Sylvain Décosse // Montage : Sylvie Laugier // Musique originale : Samuel Hirsch // Production : Song Pham, Talweg Production, France Télévisions.

Nos derniers documentaires

À la Une de Mediapart

Violences sexistes et sexuelles — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
Asie et Océanie — Analyse
Xi Jinping, le pompier pyromane
L’atelier du monde est au bout du rouleau et dans toute la Chine, des protestations réclament la fin des mesures draconiennes de contrôle social décidées au nom de la lutte contre le Covid. Le numéro un chinois est pris au piège de sa politique autoritaire.
par François Bougon
Transparence et probité — Enquête
Le n°2 de l’Élysée, Alexis Kohler, s’enferre dans le déni face aux juges
Mis en examen pour « prise illégale d’intérêts » en septembre, le secrétaire général de l’Élysée se voit reprocher « sa participation » comme haut fonctionnaire, entre 2009 et 2016, à des décisions touchant le groupe MSC, lié à sa famille. Lors de son interrogatoire, il s’est dit « choqué » que « son intégrité » soit mise en cause.
par Martine Orange
Élysée et gouvernement
Soupçons de fraude fiscale : la justice saisie du cas de l’ex-ministre Caroline Cayeux
La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a fait savoir mardi qu’elle avait signalé au parquet de Paris le cas de Caroline Cayeux, ministre démissionnaire du gouvernement, soupçonnée d’évaluation mensongère de son patrimoine et de fraude fiscale.
par Ilyes Ramdani

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne