Charleville, mobilisée, écarte le FN

Dans la principale commune du département des Ardennes, où Florian Philippot était arrivé en tête au premier tour des régionales, la hausse de la participation a permis de faire barrage au Front national. 3 212 votants supplémentaires entre les deux tours et la victoire pour la liste d'union de la droite menée par Philippe Richert. Depuis un an, Pablo Paquedano suit la vie dans les Ardennes pour La France VUE D'ICI. Au fil des saisons, des fêtes de village, des repas familiaux ou des parties de chasse…, il parvient, dans une impeccable distance et une juste empathie, à saisir les histoires d'une région où la crise économique « a fait plus qu'ailleurs son travail de sape ». Pablo Paquedano y était naturellement aussi pour ces élections.
♦ Voir les trois saisons déjà documentées : hiver, été et automne.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner
  1. À Charleville-Mézières, dimanche 13 décembre, dans le bureau n°20 du quartier Ronde-Couture. Apprentissage de la citoyenneté : un fils glisse le bulletin de vote de son père dans l'urne.

  2. Sur l'ensemble de Charleville-Mézières, la participation au second tour a été de 50,97 %. Soit plus de 10 points qu'au premier tour, le 6 décembre 2015, où la participation s'élevait à 40,04 %.

  3. Au dernier recensement, on comptait 49 433 habitants à Charleville-Mézières. La région du Grand Est, Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, comptera au total 5,5 millions d'habitants.

  4. Trois candidats étaient en lice pour le second tour. Jean-Pierre Masseret, divers gauche, s'était vu ôter l'investiture du PS après avoir refusé de retirer sa liste au profit de celle de Philippe Richert, Union de la droite, afin de faire barrage à Florian Philippot du FN.

    Lire nos articles : Masseret, un héros paradoxal et Les Strasbourgeois inquiets de perdre leur «sécurité économique».

  5. Après la fermeture des bureaux de vote à 18 heures, commence le dépouillement. Sur l'ensemble de la commune, Philippe Richert (union de la droite) ramasse 48,84 % contre 28,82 % au 1er tour. Florian Philippot (Front national), 30,03 %, contre 30,05 % au 1er tour. Et Jean-Pierre Masseret (divers gauche), 21,12 % contre 19,66 % au 1er tour. Les votes blanc ont réuni 301 électeurs, soit 2,01 %.

  6. Les citoyens assistent au dépouillement.

  7. Ambiance tendue au bureau de vote. Les citoyens et chefs de bureau surveillent le dépouillement.

  8. Dans le bureau n°1, salle de Nevers, à Charleville-Mézières. Après un deuxième contrôle, les résultats sont inscrits à la craie sur un grand tableau noir.

  9. Au fur et à mesure de la soirée, les citoyens viennent voir les résultats.

  10. 20 heures passées, les résultats commencent à se dessiner.

  11. Dans la salle n°1, qui centralise les résultats. Durant tout le week-end, les permanences des partis sont restées fermées. Des militants commentent les scores mais aucun candidat ne se présentera dans la salle.

  12. À gauche, un militant du Front national discute avec des colistiers Les Républicains, tout en regardant les résultats sur leur smartphone.

  13. Dans la maison du Parti (socialiste), une fois le vote connu à Charleville-Mézières, les militants écoutent les résultats nationaux à la radio.

  14. Au siège des Républicains, Guillaume Maréchal, conseiller municipal de Charleville et colistier de Phillipe Richert, fête la victoire. À gauche, Else Joseph, conseillère municipale de la ville.

    Les résultats dans le détail sont à lire ici.

  15. Non loin du centre et de la place Ducale, une banderole arc-en-ciel fête l'accord de la COP21, l'autre actualité de ce week-end.

    • Pablo Paquedano a déjà passé trois saisons dans les Ardennes pour La France VUE D'ICI. Son travail est ici : épisode 1 : hiver, épisode 2 : été et épisode 3 : automne. Il y retournera dans les prochains mois pour boucler les quatre saisons.
    • La France VUE D'ICI est un projet documentaire photographique qui vise à dresser le portrait de la France jusqu'en 2017. Initié par Mediapart et le rendez-vous de Sète, ImageSingulière, il rassemble aujourd'hui plus de 20 photographes. On peut voir le travail en train de se réaliser en allant sur le site de la France VUE D'ICI et régulièrement, sur Mediapart, dans notre édition participative. Vendredi dernier, le 11 décembre, la commission de sélection des photographes a décidé l'entrée de nouveaux photographes ; nous vous tiendrons informés des projets des entrants très prochainement.
    • Voir aussi le reportage de Patrick Artinian et Michaël Hajdenberg : Nationale 43: sur la route du FN à 50% (et plus)

Voir tous les portfolios

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale