Fibre d'entrepreneur

« Il n'y a pas de taf. Tu tournes la tête à droite, à gauche et s'il n'y a rien, tu n'as plus que ça à faire », dit Ahmadou Saitouli, 35 ans, pour expliquer sa volonté de créer sa huitième entreprise. Entreprendre pour sortir du chômage et de la discrimination. Hervé Lequeux et Sébastien Deslandes enquêtent depuis longtemps sur la jeunesse des quartiers populaires et des grands ensembles. Leur travail a été projeté à Visa pour l'image, publié dans la revue 6 mois, édité dans un livre écrit en… anglais : A French Youth. Pour LA FRANCE VUE D'ICI, l'enquête documentaire et photographique initiée par Mediapart et le festival ImageSingulières (à soutenir ici), ils prolongent ce travail autour du thème « Banlieue, capitale économique ».

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Ahmadou Saitouli, 35 ans. « J'ai arrêté l'école en classe de 3e mais j'ai déjà créé huit entreprises. La première, j'avais 19 ans », précise-t-il. Aujourd'hui, il remonte une société d'installation de fibre optique. Sa précédente entreprise a employé jusqu'à 200 salariés, principalement de son quartier à Cergy (Val-d'Oise). Elle a tenu dix ans. « Une aventure. J'étais le dirigeant, j'avais 25 ans et je gagnais très bien ma vie. J'ai tout flambé, en vacances, en voyage. J'ai simplement acheté un appartement pour ma mère à Cergy. » Aujourd'hui, il recommence à zéro : « Je n'allais pas rester là sans rien faire. Il fallait que je reparte tout de suite. »

Voir tous les portfolios