A Marseille, un mois de colères

Depuis début mars, Marseille vit au rythme des manifestations contre la loi sur le travail et des Nuits debout. Et jeudi 28 avril, la manifestation s'est terminée par une répression sans précédent : 57 interpellations. Depuis un mois, la photographe Yohanne Lamoulère suit ce mouvement, et particulièrement les lycéens, souvent en tête des cortèges et « pleins d'énergie ». C'est son regard que nous vous proposons aujourd'hui.
Yohanne Lamoulère est l'une des 25 photographes de la France VUE D'ICI, le projet de récit photographique documentaire initié en 2014 par Mediapart et le festival de Sète ImageSingulières (à soutenir ici). Elle photographie Marseille au Rolleiflex et saisit les mutations de la ville.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Marseille, 28 avril 2016. Dans la manifestation, un jeune me dit : « Madame, j'ai un scoop pour vous ! Regardez, on n'est pas armés. » La manifestation s'est pourtant terminée par une répression sans précédent : 57 interpellations à Marseille (124 en France). Le camion syndical de Sud, qui avait suivi les lycéens, a été sérieusement endommagé par les tirs de Flash-Ball et un militant de Sud Collectivités territoriales a été blessé.

Voir tous les portfolios